GRAVE de Julia Ducournau, par Jérôme

Découvrez l’article de Jérôme Baverey sur GRAVE de Julia Ducournau.
En salle à Belfort à partir du 15 mars 2017

Attention SPOILER !grave3

Disons-le de suite haut et fort: « GRAVE » malgré sa réputation sulfureuse acquise lors de son passage dans de nombreux festivals à travers le globe (malaises et évanouissements de festivaliers pendant la projection) est ce qui pouvait arriver de mieux au cinéma de genre français depuis une quinzaine d’années, à savoir depuis « HAUTE TENSION » d’Alexandre Aja en 2003 .

GRAVE est un objet « brut », décomplexé et dédouané de tout ce qui empêchait le cinéma de genre dans nos contrées de se libérer de sa médiocrité ambiante, une œuvre alliant parfaitement le cinéma dit d' »auteur » (la réalisatrice Julia DUCOURNEAU est fraîchement diplômée de la FEMIS) et le cinéma d’horreur, rappelant les premiers films de CRONENBERG (FRISSONS, RAGE) mais portant une identité propre à elle.

Justine, jeune surdouée issue d’une famille de vétérinaires où le végétarisme fait loi, intègre l’école vétérinaire prestigieuse qui a vu diplômé jadis ses parents et où sa grande sœur étudie en deuxième année. Lors du bizutage que les deuxièmes années font subir aux nouveaux arrivants, on force Justine et ses autres camarades à manger de la viande crue (à noter que le titre du film à l’international est RAW, titre plus approprié que GRAVE).

A partir de ce moment, des transformations physiques et psychiques s’opèrent chez notre apprentie véto : des plaques rouges et irritantes vont apparaître sur tout son corps, des réactions organiques inquiétantes aussi, des cauchemars mettant en scène des animaux mais surtout une attirance morbide et incontrôlable pour la chair crue et… humaine !

GRAVE est d’abord un film sur le passage à l’âge adulte et tous les bouleversements qui s’ensuivent.

De par cette expérience « hardcore » subie lors du bizutage, Justine va opérer de nouveaux choix, des choix qui vont lui être personnels, et qui vont l’effrayer également : des choix d’adulte. Sa personnalité et sa nature profonde vont surgir et éclater au grand jour et elle ne pourra les contrôler, le corps reprenant ainsi ses droits accompagné d’un instinct animal et cannibale qui fera d’elle une anti-thèse de la petite surdouée modèle qu’elle était.

GRAVE est aussi un film sur la liberté de notre époque, liberté soulignée par des étudiants qui n’étant plus sous le joug de l’autorité parentale se lâchent de manière brute, violente, sexuelle, brisant les interdits et repoussant les limites de la décence, le film repoussant ainsi les limites d’un jeune cinéma soit disant effronté et pourtant trop souvent balisé et « tête à claques » mené par quelques têtes de gondoles pseudo-hype.

Le film de Julia DUCOURNAU rend définitivement plus grâce au cinéma de Marina DE VAN, de Lucile HADZIHALILOVIC et de Fabrice DU WELZ (Laurent LUCAS fabuleux dans CALVAIRE et ALLELUJAH et que l’on retrouve ici dans le rôle du père de Justine) et à leurs incursions dans le genre qu’à des réalisateurs « installés » comme Gaspar NOE et Kim CHAPIRON.

Mais GRAVE est avant toute chose un film sur l’amour, l’amour des corps certes et les rapports de ces jeunes gens qui se « découvrent » (l’homosexualité étant représentée ici par le colocataire de chambrée de Justine), le sexe et ses transgressions (qui peuvent virer du cannibalisme au désir de mort), mais surtout sur l’amour filial, celui dont on ne peut échapper à l’héritage, celui qui dessine notre destinée.

En effet, le sort qui semble s’abattre sur Justine et le rapport fusionnel et fraternel qu’elle noue avec sa grande sœur ne sont-ils pas tout simplement la révélation d’un lourd secret familial, telle une mythologie ancienne en des temps modernes !

GRAVE, produit entre autres par la société de Julie GAYET « ROUGE INTERNATIONAL » a obtenu de nombreux prix en festivals et notamment le prix de la critique internationale à la Semaine de la Critique CANNES 2016, le prix du meilleur film au dernier festival du film fantastique de STRASBOURG et tout récemment le Grand Prix du FESTIVAL DE GERARDMER !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s