Jusqu’à la garde par Josiane

Jusqu’à la garde, scénario et réalisation de Xavier Legrand

La garde ? Celle de l’enfant ? Celle de l’arme blanche ?

Traversée des sentiments les plus extrêmes, de la passion jusqu’à  la possession. L’enfant, Julien, n’est que l’objet des tyrannies que les parents séparés s’infligent.

Léa Drucker, la maman, est émaciée, pâle, hermétique, elle ment. Sa famille est un clan.

Denis Menochet est rond, lourd, brutal, capable d’un regard doux, puis brûlant. Son père est violent.

L’interprétation  de leur rôle fait souffler le chaud et le froid et les idées reçues ; elle sont aussitôt contredites par les propos que tiennent les parents. Le spectateur tout comme l’enfant est chamboulé, d’autant que celui-ci, pour se dépêtrer de ces imbroglios ou se protéger, ment aussi, avec détermination.

Les avocates font leur travail. Madame la juge aussi. Ce qui n’empêche pas que tout aille de travers. Parce que l’humain se méprend, ignore l’humanité de l’autre, la sienne plus encore, et s’enfonce, jusqu’à la garde, une bien trop cruelle épée.

Les problèmes sont posés. On sort de ce film, un peu démuni.
Que faire ?
Que faudrait-il faire ou ne pas faire ?

Josiane Bataillard, le 23 01 2018
Le blog de Josiane

> Mardi 6 février / 20h15 : Soirée rencontre avec les membres de l’association Solidarité Femme, de Sophie Damour (conseillère conjugale et familiale au centre de planification de Belfort) modérée par Gilles Levy, président de Cinémas d’Aujourd’hui.

La bande-annonce et les horaires du film sont juste ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s